Avenue Sobieski

Au départ, cette avenue reprend le tracé d’un sentier nommé Vossewegel, puis, en 1872, devient la rue des Renards.

Ce sentier reliait le hameau du Heysel au Molenbeek(1).

Anciennement continuation du bd Bockstael, rebaptisée Sobieski lors du développement du plateau du Heysel en 1934 (source : La Région de Bruxelles-Capitale, in collection Histoire et Patrimoine des Communes de Belgiques, Racine, 2008 – p.535)

Jean Sobieski fut roi de Pologne sous le nom de Jean III. Il a défait les Ottomans à deux reprises, à Khotin d’abord, à Kahlenberg ensuite en 1683. Notons au passage que la chaussée de Buda rappelle un épisode similaire, la victoire de Charles de Lorraine sur les Turcs en 1686 à Buda, en face de Pest.

Parc Sobieski et jardin colonial

Initiative de Léopold II qui voulait une station agricole expérimentale pour favoriser le développement de l’industrie agricole au Congo. La superficie était initialement entièrement recouverte de serres. La villa style cottage normand au bout de l’avenue était destinée au directeur de cette royale institution ; il est actuellement le logement de fonction du jardinier en chef. (source : La Région de Bruxelles-Capitale, in collection Histoire et Patrimoine des Communes de Belgiques, Racine, 2008 – p.535)

Après le succès des plantes du Congo présentées à l’exposition universelle de Paris par le botaniste Emile Laurent, Léopold II décide la création d’un jardin colonial pour permettre aux Belges de voir ces plantes. Deux serres sont construites en 1902 ; en 1905, Léopold II achète les terrains entre les avenues Sobieski, des Robiniers et des Ebéniers pour installer de nouvelles serres. Contenu transféré en 1951 au jardin botanique de Meise. Ont été utilisées pour la production de la décoration florale de l’Expo 58. Cottage normand à l’entrée du jardin, côté St-Lambert est de l’architecte Hanneau. (source : Bruxelles (Laeken, Neder-Over-Hembeek, Haeren), Guides CFC-Editions, 2005, p. 57)

_______________
(1) Le Molenbeek prend sa source à Dilbeek, alimente les marais de Ganshoren et traverse le parc Roi Baudouin. Il est alors enfoui dans des canalisations et passe sous le parc de la Jeunesse, le Square Prince Léopold, bifurque vers le Square Prince Charles, passe sous l’avenue du Parc Royal pour alimenter les étangs du domaine royal et se jette dans le canal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *